Pas toujours évident de me reconnaître, tant je peux me dissimuler sous différents aspects. Mais chut ! Ne le dites à personne !

Lorrain, et fier de l'être

Eh oui, je suis originaire de Lorraine.

Aujourd'hui on dit ACAL... J'aime bien aussi. Enrico Macias le chantait déjà :

"ACAL sont jolies les filles de mon pays, laï laï laï..."

J'étais parti faire un petit tour de France pendant une quinzaine d'années, puis je suis revenu au bercail, m'installant comme paysan à l'âge de 35 ans, ce dont je suis fier également, même si le métier n'est plus ce qu'il était.

En tout cas, ce métier m'a permis de bien connaître, je crois, des gens simples, ayant de vraies valeurs, sachant vivre intensément, et avec souvent un sens de l'auto-dérision qui m'a inspiré sans doute pour mes premiers textes. Je les en remercie, eux pour qui j'ai le plus grand respect, même si je les charrie de temps en temps, mais c'est sans doute ma façon de leur témoigner une certaine tendresse.

En quête d'inspiration ?

 

 

Bien que monté très tôt sur les tréteaux,

Je ne suis plus un jeune artiste, mais pas pour autant un vieillard triste.

C'est tentant d'atteindre les septante ans

Alors je m'amuse à taquiner ma muse.

Un auteur ? Mais pour cela, il me faudrait prendre de la hauteur...

Et m'appliquer avec ardeur à mon art d'heure en heure

Ou encore écrire à une autre heure pour éviter d'autres heurts !

Mais quelle est la bonne heure pour écrire avec bonheur ?

A midi ? C'est ce qu'un ami dit...

A seize heure ? Chacun a ses heures !

Pour moi, c'est quat'heures... ça vous la coupe, hein ?

Il me suffit parfois d'un bon quart d'heure pour devenir un brocardeur,

Ecrire pour faire rire sans coup férir,

Que le bonheur des spectateurs soit le leur et pas un leurre,

Qu'ils rient avec ampleur et finissent en pleurs.

 

 

 

  • Retrouvez-moi

    sociétaire de la SACD

    le Proscenium

    la Théâtrothèque

    le Petit Théâtre

    le Théâtre des Aperçus

  • francoisflorentin@orange.fr

    www.sacd.fr

    www.leproscenium.com

    www.theatrotheque.com

    www.lepetittheatredebainville.fr

    www.theatredesapercus.fr

D'ordinaire, on se produit dans une jauge de 150 places, mais là, quel bonheur ! Un régal. Ce fut l'apothéose !

Pourquoi certains textes retiennent l'attention ?

Allez savoir ce qui fait qu'un texte est choisi plutôt qu'un autre pour être joué ?                      Pour être passé souvent par ce difficile moment, il est évident que la distribution, la durée, le genre sont des éléments déterminants.                                                                                          Pour ma part, j'ai d'abord privilégié la vraissemblance, même outrancière par le biais de la caricature. J'aime observer avant de retranscrire des scènes que chacun de nous a pu vivre un jour ou l'autre. J'ai coutume de dire que j'aime quand le spectateur reconnait son voisin et ses travers dans tel ou tel personnage alors qu'en fait mon intention était de placer le spectateur en question devant un miroir... Là, c'est gagné !                                                                                En réalité, je ne me refuse rien, je n'écarte aucun sujet, j'ignore les tabous, je me contente de regarder et d'écouter autour de moi... Ah si ! je m'interdis la vulgarité. Je peux être acerbe, mais jamais méchant. Et surtout je pratique avec bonheur l'auto-dérision. Ma manière à moi d'être honnête.                                                                                                                                     

Alors si le coeur vous en dit, venez, je vous emmène faire un tour dans mon univers. Vous y trouverez peut-être votre bonheur.