François Florentin      

    Sur les planches - Comédies - à guichet ouvert

"Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer"   Beaumarchais 

Le cap des 1200 est atteint

Compteur : à ce jour, 361 compagnies ont joué ou programmé l'un de ces textes lors de 1216 représentations en France, Belgique, Suisse, Québec... Voilà qui me permet de voyager !

NEWS

5. Mars, 2017

Made in Colombia

Bientôt trois ans en tournée !
J'aurai toujours autant de plaisir à jouer cette pièce avec "le Théâtre des Aperçus"
le 7 avril au Lycée Agricole de Bar le Duc (55)
le 17 avril à la Maison de la Résistance à Bure (55) à l'occasion de la journée internationale des luttes paysannes
le 3 juin à Laître-sous-Amance à l'invitation des Foyers Ruraux du Grand-Couronné

19. Févr., 2017

Pas de RTT (cliquez-moi)

La fiche de la nouvelle pièce "au boulot", dans l'onglet "comédies", s'enrichit progressivement de descriptif, video, extraits, commentaires.

17. Févr., 2017

et encore...

"Au boulot" en tournée :
le 25 mars à Azerailles 54122 Salle Jeanne d'Arc à 20 h 15
Réservations auprès de
-Madame Martine MARCHAL 06 26 45 86 32
-Monsieur Gaston GYSS 06 59 18 02 06

le 26 mars à Xeuilley 54990

le 29 avril à Hénaménil 54370

le 14 octobre à Fléville-devant-Nancy 54710

Au boulot !

30 ans de rire, de folie, de drôlerie, d'amitié pour le plus grand plaisir d'un public toujours plus nombreux.

       Le début de l'aventure.

1997. Deux ans seulement et deux ans déjà que j'ai rejoint le "Petit Théâtre". Désespérément à la recherche de textes susceptibles de nous convenir (style, durée, distribution), quelle mouche me pique (et quelle prétention !) pour annoncer à la cantonnade "je vais vous écrire une pièce" ?

Et puis lorsque je propose ce texte, l'accord est unanime. Après quelques mois de travail, voilà que l'angoisse de l'auteur vient s'ajouter au trac du comédien. Me serais-je trompé ? Oui, sans doute quant à la durée que j'avais estimée à 35 minutes et qui finalement dépasse les 50 minutes. Le public est cruel, nous empêchant de tenir le rythme en nous éclaboussant de ses rires.

Le succès est donc au rendez-vous. Prolongations, et voici que des comparses me glissent qu'on ne peut pas garder ce texte pour nous seuls et qu'il faut le faire connaître. Et c'est ainsi que "Façon de parler" vient enrichir le catalogue des Editions "Art & Comédie", chez qui il fait partie des meilleures ventes en 1998, et qu'il continue à faire son petit bonhomme de chemin avec à ce jour, et à ma connaissance

152 créations et 459 représentations

Un clic sur l'onglet "les comédies" et vous en saurez plus... avec maintenant quelques extraits.

C'est la magie d'un texte qu'on construit pour être dit, pour le meilleur (pas sûr) et pour le rire (ah! là, oui...)

       Et l'aventure continue...

D'autres textes ont suivi. Dans quel genre ? Eh bien je pense que le théâtre est fait pour émouvoir ou faire réflechir, ou encore faire rire. Je ne suis pas sectaire et reconnais toutes ces formes, mais j'ai choisi délibérément de faire rire, ou d'essayer, car je suis convaincu qu'une majorité de spectateurs n'ont qu'une envie en fin de semaine, c'est de décompresser en oubliant leur travail et leurs soucis.

Je ne me suis jamais mis la pression et je n'écris que lorsqu'un thème ou une idée m'inspire, mais jamais obligé. Je ne travaille qu'au coup de coeur, tant et si bien que je peux produire chaque année ou au contraire avoir un blanc de deux ou trois ans, parce qu'il peut m'arriver à moi aussi d'avoir quelques soucis passagers, et que l'envie n'y soit pas, ou que je ne puisse laisser vagabonder mon imagination à sa guise.

J'écris d'abord pour la troupe que j'ai eu le bonheur d'intégrer, et c'est cette troupe qui me sert en quelque sorte de test et de laboratoire. Leur implication me permet parfois de faire quelques réglages bien vus et bienvenus. Mais il est vrai que bien souvent, le premier jet est très peu modifié, parce que je dois vous avouer que j'ai un défaut : Je ne suis que rarement satisfait de ce que j'ai fait et j'y reviens sans cesse. Je travaille donc très lentement et c'est sans doute pour cela que je ne suis pas très prolifique. 

Oh pardon ! A défaut d'être prolifique, je m'aperçois que je deviens prolixe, alors que vous n'êtes pas venu ici pour vous laisser endormir. Alors bonne promenade sur ce site, quelques clics et vous aurez tout... ou presque...

 

"Sur scène, j'aime ouvrir grand la bouche pour avaler d'un coup tous les rires du public. C'est mon repas préféré. Jamais d'indigestion." Michel GALABRU.

Bien cordialement,

François FLORENTIN